Millénium #4 et #5, de David Lagercrantz

Je me suis finalement décidé à lire la suite des aventures de Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander. Resté sur un tel bonheur de lecture avec les trois précédents Millénium, à tort ou à raison, j’appréhendais ces suites. Le résultat est en demi-teinte.

Pour continuer à lire cette série, le doute a été le premier frein. L’idée qu’un écrivain ne peut être idéalement copié, plagié, imité, pour la simple raison que deux esprits sont uniques, et que même s’ils sont bourrés d’affinités, dotés de la même intelligence et de connaissances semblables, ils ne peuvent et ne pourront jamais produire un travail totalement identique.

Me gênait aussi l’idée d’avidité liée à la poursuite de l’aventure Millénium. Un filon. Et dans ce cas, il n’est plus question d’art ni de création, mais de pognon. Tristement. Je ne suis pas en train de dire que l’argent est vilain ou sale, et qu’il faut cracher dessus, pas du tout. L’argent est nécessaire. Simplement, je trouve dommage et triste que la plupart du temps il ne soit pas envisagé comme un outil, ce qu’il est.

Ai-je été déçu par ces deux lectures ? Clairement : non. Parce qu’on ne risque pas de l’être quand on n’attend rien. Ai-je eu du plaisir à lire les deux romans de David Lagercrantz ? Oui. Mais un « oui » nuancé. Car dans leur ensemble, Ce qui ne me tue pas et La fille qui rendait coup pour coup, sont des romans qui tiennent raisonnablement bien la route. Et pour être totalement honnête, et rassurer les fans : tous les codes narratifs des Milléniums ont été repris, et exploités avec plus ou moins de bonheur. Maintenant, tout dépend du niveau d’exigence des lecteurs. Et comme je dis souvent : mon avis ne vaut pas sentence.

Stieg Larsson faisait partie de ces auteurs qui possèdent un talent inné pour l’écriture, et la création d’intrigues élaborées, habitées par des personnages immédiatement adoptés par les lecteurs. Ce talent, David Lagercranzt ne l’a pas. Il écrit correctement, mais je trouve sa manière quelconque. Ce qui le sauve dans l’écriture de ces deux suites, outre qu’il avait un matériau de très grande qualité entre les mains – ce qui lui a grandement facilité le travail –, c’est qu’il a su imaginer et exploiter des intrigues à tiroirs intéressantes. Pour le traitement de ses personnages, ceux qu’il a créés sont (forcément) bien mieux construits que ceux de Blomkvist et Salander qui eux, sous sa plume, n’ont plus de saveur et paraissent très ordinaires ; ces deux-là resteront à jamais les enfants de Stieg Larsson.

En faisant mes recherches documentaires, je suis tombé sur un article dans lequel Lagercrantz  confiait au journaliste qu’en reprenant la suite de l’aventure Millénium, il avait deux complexes par rapport à Stieg Larsson : arriverait-il à faire aussi bien que lui, et arriverait-il à faire aussi long ? Deux questionnements qui ont le mérite de l’honnêteté. De mon point de vue, non, il n’est pas arrivé à faire aussi bien ; ce qu’il a écrit, c’est du Lagercrantz et rien d’autre. Quant à la quantité, d’après mon expérience de lecture, je peux dire qu’à presque la moitié de Ce qui ne me tue pas, j’ai bien failli fermer le livre. Systématiquement, tous les nouveaux personnages qui faisaient leur entrée dans l’histoire avaient droit à une description d’une longueur hallucinante. Alors que ces blocs d’informations auraient dû, l’air de rien, être découpés et disséminées au fil du texte.

Voilà ce que ça donne pour un personnage, qui est juste un figurant, quand l’auteur fait du « remplissage » :

La circulation était plus fluide, et le taxi, conduit par un jeune Irakien du nom d’Ahmed qui avait vu la guerre de près et perdu sa mère et ses deux frères dans un attentat terroriste, arriva sur Sveavägen et dépassa la Maison des concerts de Stockholm sur la gauche.

Est-ce que ces informations au sujet de ce chauffeur de taxi intéressent les lecteurs ? Est-ce qu’elles apportent quelque chose au récit ? À la relecture, personne ne le lui a fait remarquer ? Ceci dit, je n’ai pas retrouvé ces gros défauts dans La fille qui rendait coup pour coup. 


Où est le quatrième tome écrit par Stieg Larsson ?

La série Millenium s’est vendue à soixante-quinze millions d’exemplaires à travers le monde. C’est sûr qu’une trilogie qui se vend comme des petits pains un dimanche matin, ça donne des envies de multiplication, et par la même occasion, le risque de dénaturer l’œuvre.

Interrogé à ce sujet, Marc de Gouvenain, le responsable de la collection Actes Noirs, répond à la question de la journaliste du magazine ELLE :

« Cette rumeur n’est pas étonnante puisque Stieg Larsson avait prévu 10 tomes 😮 de « Millénium ». Il avait donc obligatoirement rédigé un synopsis comme base de travail. Il doit sûrement exister une suite quelque part, sur un bout de papier ou sur le disque dur de son ordinateur. Mais tout cela est entre les mains de la justice pour le moment car ses proches se battent pour obtenir les droits. »

M.d G.

Longtemps, la compagne du défunt Stieg Larsson, Eva Gabrielsson a maintenu qu’il existait un quatrième tome. Mais l’information ne s’est jamais vérifiée, et le mystère reste entier à ce jour.

©Clovis Tessier


Les films

Millenium Films

À voir tous les trois si vous avez fait l’impasse. Des classiques en devenir, ils rendent un vrai hommage cinématographique à l’œuvre littéraire de Stieg Larsson.


« Le feuilleton qui ne voulait pas mourir »

Titre de l’article illustré, et très intéressant, paru sur Télérama en 2015, qui fait un retour sur la vie et l’œuvre de Stieg Larsson :

« Ce 27 août sort le quatrième tome de la fameuse saga policière suédoise, écrit par un nouvel auteur, onze ans après le décès subit de Stieg Larsson. Retour sur un succès hors norme – et posthume. »


Résumés

Le lecteur apprend qu’au début de Ce qui ne me tue pas, « la revue Millenium a changé de propriétaires ». Ses détracteurs accusent Mikael Blomkvist d’être un « has been ». Celui-ci envisage même de changer de métier quand il reçoit un appel d’un chercheur en intelligence artificielle qui déclare détenir des informations sensibles sur les services de renseignement américains. Il est en contact avec une hackeuse hors du commun… ©Champagneur.qc.ca

Pour le tome 5, Lagercrantz a puisé dans son passé de journaliste et s’est souvenu d’une affaire judiciaire concernant des jumeaux. La gémellité est un thème qui le passionne. La fille qui rendait coup pour coup, c’est Lisbeth Salander. Il a remis l’héroïne au cœur du récit et se penche sur son passé, « aux sources de sa mythologie ». On saura donc, à la toute fin du roman, d’où lui vient ce dragon mythique tatoué sur l’épaule. ©Le Parisien

Noomi Rapace Michael Nyqvist Millenium

✝ Michael Nyqvist – Stockholm, 8 novembre 1960 – Stockholm, 27 juin 2017 (56 ans), en compagnie de Noomi Rapace

 Stieg Larsson et Eva Gabrielson✝ Stieg Larsson : 15 août 1954 – 9 novembre 2004 (suède) & Eva Gabrielsson

 

Publicités

7 commentaires sur “Millénium #4 et #5, de David Lagercrantz

Ajouter un commentaire

  1. « conduit par un jeune Irakien du nom d’Ahmed qui avait vu la guerre de près et perdu sa mère et ses deux frères dans un attentat terroriste, »

    Ce que tu enlèverais serait sans doute le plus vrai de tout le livre. Je ne crois pas que je ne lirai jamais ces livres. Pas par nostalgie – j’ai adoré les milenium que j’ai connu dés leur sortie ou presque. Larsson se situait dans une tradition de dénonciation politique et sociale initiée par
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Maj_Sjöwall_et_Per_Wahlöö
    Son matériau devait être peu ou prou réel dans ses fondements.

    Mort d’un arrêt du coeur ? ouais.

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais tellement apprécié, moi aussi, les trois premiers tomes de Millenium que je ne franchirai pas le pas… et votre article me conforte dans mon idée ! Je me suis tellement sentie « orpheline » à la fin de ma lecture, ces histoires étaient si intenses, que j’ai pensé que c’était impossible de faire une suite comme Stieg Larsson !
    A force de lire, on devient plus critique et plus difficile 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑